samedi 27 mai 2017

On se sert de mythes pour justifier la privation des droits des personnes diagnostiquées malades mentaux, par Paula J. Caplan, campagne "No Forced Treatment"

On se sert de mythes pour justifier la privation des droits de l'homme envers les personnes diagnostiquées comme malades mentaux.

par


14 mars 2016

Qui dans ce monde devrait avoir le droit de prendre des décisions au sujet de leur vie, définir qui doit perdre ce droit et décider que la communauté médicale et les tribunaux prennent le contrôle?


Bien que personne dans l'histoire, pas même l'Omnipotente American Psychiatric Association - qui produit et bénéficie puissamment de la «Bible» des troubles mentaux - n'aie trouvé une définition seulement à moitié bonne de la «maladie mentale», et malgré le fait que le processus de création et d'application des étiquettes de la maladie mentale ne soit pas scientifique, n'importe laquelle de ces étiquettes peut être utilisée pour priver la personne ainsi marquée de ses droits humains. C'est terrifiant. Cela devrait terrifier ceux qui sont ainsi étiquetés et ceux qui ne le sont pas, car la privation de droits de l'homme pour des motifs totalement arbitraires est inhumaine et immorale.


La combinaison du spectre du terrorisme et des incidents très médiatisés de violences armées ont rapidement conduit les politiciens, les thérapeutes et le grand public à blâmer les «malades mentaux» pour ces dangers, ce qui permet de priver non seulement les terroristes et autres tueurs, mais toute personne ayant une étiquette de trouble mental de leurs droits. Ils peuvent être enfermés contre leur volonté, ils peuvent être invités à se conformer à tout ce qu'un professionnel appelle «traitement des malades mentaux», peu importe la façon dont ces actions peuvent nuire à la personne et en l'absence de preuve scientifique que le "traitement" des personnes qui ont été étiquetées psychiatriquement préviendra les violences. En d'autres termes, le saut énorme est souvent fait de "cette personne a un label psychiatrique" à "cette personne est donc dangereuse pour elle-même et pour les autres", même en l'absence de toute histoire ou indication actuelle d'une telle dangerosité, et ce saut est utilisé ensuite pour verrouiller les personnes et / ou les «traiter» contre leur volonté.


Maintenant, le traité des Nations Unies sur les droits de l'homme appelé Convention sur les droits des personnes handicapées comprend l'interdiction absolue de l'hospitalisation forcée et du traitement forcé, et l'avocat brillant et infatigable Tina Minkowitz mène une campagne pour montrer qu'il existe un large soutien pour ces interdictions. Ceci est particulièrement important aux États-Unis, car 162 nations ont ratifié la CDPH, mais les États-Unis ne l'ont pas fait.


Minkowitz a travaillé sur l'élaboration et participé aux négociations pour le traité de 2002 à 2006 et elle a contribué à assurer l'incorporation dans le CRPD de l'article 12, qui stipule que les "États" pays et gouvernements nationaux liés par le droit international reconnaissent que les personnes handicapées ont le droit de faire leurs propres décisions dans tous les aspects de la vie et de le faire sans coercition. Notez que le terme «personne handicapée» s'applique à toute personne qui a reçu un diagnostic de trouble mental (en plus d'autres handicaps). Il est important de noter l'article 14 de la CRPD, qui précise, d'après le texte et l'interprétation faisant autorité par le Comité des droits des personnes handicapées, que l'existence d'un handicap ou d'un handicap perçu ne peut pas être utilisé pour justifier la privation de liberté et l'article 25 exige que les soins de santé soient fournis sur la base d'un consentement libre et éclairé. Le mot «perçu» est crucial, compte tenu du fait que le nombre incroyable de catégories répertoriées comme troubles mentaux dans les deux manuels primaires utilisés pour classer les personnes en maladie mentale a rendu possible, même probable, que toute personne qui consulte un thérapeute ou un autre professionnel dans un état autre qu'un état calme et heureux sera diagnostiqué comme présentant un trouble psychiatrique, en passant à peu près n'importe qui dans la catégorie «perçu comme handicapé». Donc, un mythe crucial qui concerne le CRPD est que les diagnostics psychiatriques sont scientifiques et habituellement appliqués de manière appropriée.


Si aucun préjudice ne découlait d'être classé comme malade mental, il y aurait moins de cause d'alarme. Mais il est facile, même probable, pour les non-professionnels, pour les thérapeutes et pour les autres professionnels de la santé, ainsi que pour les juges de supposer à tort que le fait d'avoir un handicap (même un handicap perçu) signifie que le jugement de l'un est altéré et qu'on ne devrait pas pouvoir faire nos choix à propos de nos vies, de nos corps et des traitements auxquels on sera soumis. Souvent, le critère du «danger pour soi-même et / ou pour d'autres» est utilisé pour justifier une hospitalisation forcée ou un traitement forcé, et cela est pratiqué malgré le fait avéré que les personnes atteintes de maladie mentale sont en réalité moins susceptibles que d'autres de commettre des actes de violence et plus susceptibles d'être victimes de violence. La preuve de ce schéma erroné est dans les statistiques, et elle est d'autant plus remarquable, que, pour plusieurs raisons: (par exemple, les avocats de la défense s'efforcent d'obtenir des étiquettes psychiatriques pour leurs clients afin d'obtenir des peines réduites ou un détournement de la prison vers le système de santé mentale, et il y a aussi la fréquence élevée des prisonniers étant diagnostiqués comme malades mentaux afin qu'ils puissent être fortement médiqués et que le besoin de personnel pénitentiaire soit réduit d'autant), les statistiques dans un proche avenir sont susceptibles de montrer une corrélation de plus en plus élevée entre les étiquettes psychiatriques et la violence. Ainsi, deux autres mythes cruciaux qui concernent le CRPD sont que les gens qui ont reçu des étiquettes psychiatriques sont susceptibles d'être incompétents pour faire des choix sur leur vie et qu'ils sont plus susceptibles que les autres d'être violents.


Un quatrième mythe crucial est que l'hospitalisation forcée et le traitement forcé sont bénéfiques (et, par implication, pas dangereux). On voit qu'il s'agit d'un mythe en considérant les taux élevés de suicide qui suivent le traitement hospitalier et l'augmentation des taux de suicide causés par de nombreux médicaments psychiatriques, ainsi que l'effondrement des taux de guérison et l'augmentation des taux d'incapacité à long terme qui ont suivi l'introduction de divers médicaments psychiatriques sur le marché ainsi que l'usage des électrochocs.


Un autre mythe est la question de savoir si les personnes atteintes de maladie mentale sont capables de faire leurs propres choix et si elles ont un bon jugement. Nous connaissons tous des personnes qui n'ont pas d'étiquettes psychiatriques mais qui font des choix désastreux et dont le jugement est médiocre, mais ces limitations ne sont pas utilisées pour les priver de leurs droits de l'homme. Savoir si une personne a ou non un diagnostic n'est pas un prédicteur de leur jugement ni de la capacité de faire de bons choix pour eux-mêmes. Un mythe apparenté est que si quelqu'un est diagnostiqué comme malade mental, on doit retirer à cette personne tout pouvoir de prise de décision. Pourtant, comme chez beaucoup de personnes qui ne sont pas diagnostiquées, ce dont la personne a besoin est un peu de soutien de diverses sortes, y compris l'aide pour remplir des formulaires ou une aide pratique pour la cuisine ou les courses ou pour obtenir un animal de service pendant les périodes où ils se battent.


La norme CRPD concerne les personnes qui perçoivent ou sont perçues comme étant empêchées par un handicap. Ces personnes doivent avoir la possibilité de donner leur consentement libre et éclairé. C'est très loin de ce qui est pratiqué vis à vis de la grande majorité des personnes traitées par les psychothérapeutes, sans parler de ceux qui sont privés de leurs droits humains. Considérez ceci: le diagnostic psychiatrique est la pierre angulaire, la première cause de tout ce qui arrive de nuisible aux personnes dans le système de santé mentale et à travers le système de santé mentale. S'ils ne vous diagnostiquent pas, ils ne peuvent pas vous traiter (si on assimile les pratiques à des soins), et ceci que les traitements vous soient utiles ou non. Cependant presque personne n'entre dans le bureau d'un thérapeute en étant pleinement informé et, par conséquent, presque personne n'est placé en position de donner son consentement éclairé. Pourquoi? Il y a à cela trois raisons:


    On ne leur dit presque jamais: «Pour que votre assurance paie mes factures, je devrai vous donner un diagnostic psychiatrique, mais vous avez le droit de savoir que les diagnostics psychiatriques ne sont pas scientifiques, que l'obtention d'un diagnostic ne contribue pas à atténuer les souffrances mais s'accompagne d'un large éventail de risques de préjudices, de la perte de la confiance en soi à la perte d'emploi et de la garde des enfants et des autorisations liées à la sécurité ... et même à la mort par des traitements justifiés sur la base de votre étiquette".


    On ne leur dit presque jamais: «Je recommande le traitement X, mais je vais vous expliquer tout sur les avantages et les dommages potentiels qui peuvent en résulter.» La raison pour laquelle on ne leur dit presque jamais cela c'est que ces derniers temps, la vaste majorité des traitements se font avec des médicaments psychiatriques, et les poursuites judiciaires ont révélé à plusieurs reprises que les compagnies pharmaceutiques dissimulent de façon considérable une grande partie des dommages liés aux médicaments, de sorte qu'il n'y a aucun moyen pour les thérapeutes consciencieux d'obtenir cette information et donc de la retransmettre à leurs patients. Quelque chose de similaire est fait avec les électrochocs et avec des programmes coûteux mais intensivement commercialisés comme "neurobiofeedback" qui n'ont pas montré d'utilité, mais qui sont souvent très coûteux.


    On ne leur dit presque jamais: «Je recommande le traitement X, mais je vais aussi vous décrire le vaste éventail d'approches qui ont aidé les personnes qui traversent ce que vous traversez ... et qui souvent ne comportent peu ou aucun risque de dommages ".


Alarmée par le manque d'information, qui expose les personnes souffrant et cherchant de l'aide dans le système de santé mentale à un risque énorme de nuisances, sans même savoir quelles questions poser et quelles recommandations contester, j'ai organisé le dépôt de neuf plaintes au Département d'Ethique de l'Association américaine de psychiatrie, parce que cette APA publie et bénéficie énormément du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM), dont les catégories ont été utilisées contre les plaintes adressées au système avec des effets tragiques. Nous avons dit que l'APA n'a pas révélé honnêtement la nature non scientifique de ses catégories et les risques de dommages en résultant, ainsi que le fait que l'obtention d'une étiquette n'est utile en grande partie ou seulement que pour obtenir une couverture d'assurance pour traitement, les plaignants n'auraient pas accepté aveuglément leurs étiquettes et les traitements qui leur étaient présentés comme appropriés sur la base des étiquettes ("Vous avez le trouble Y, donc vous devriez accepter le traitement Z, car c'est ce qui est utilisé pour les personnes atteintes de Y"). L'APA a rejeté les plaintes pour des motifs factices et n'a pas accordé un iota d'attention aux mérites de ces plaintes.


Cinq de ces plaignants ont ensuite déposé leurs plaintes auprès du Bureau des droits civils (OCR) du Ministère de la Santé et des Services sociaux des États-Unis. Les plaintes ont été déposées en vertu de la loi "Americans with Disabilities Act". Selon cette loi, les personnes victimes de discrimination en étant traités comme handicapées (malades mentaux dans ces cas) alors qu'en réalité elles ne le sont pas, peuvent déposer plainte. Tous les plaignants avaient des situations de vie bouleversantes mais n'auraient jamais du être diagnostiqués comme malades mentaux. Pourtant, selon le DSM (faussement commercialisé comme scientifique), ils étaient mentalement malades et les traitements justifiés sur la base de leurs étiquettes ont eu des conséquences dévastatrices pour eux. L'OCR a rejeté les plaintes pour des motifs factices et sans considérer les mérites de ces plaintes.


Les résultats de ces plaintes fournissent une piste concrète faite de papier qui révéle qu'aux États-Unis, l'entreprise de diagnostic psychiatrique est entièrement non réglementée. C'est encore moins réglementé que les principales institutions financières dont les actions non réglementées ont sérieusement endommagé l'économie (crise financière). La piste expose le groupe de lobbying appelé APA, qui a gagné plus de 100 millions de dollars de la dernière édition du DSM, mais qui n'a pas dépensé un centime pour révéler la vérité sur son manuel ou pour avertir sur les méfaits dont l'association était informée, d'une part. Et d'autre part l'entité gouvernementale (OCR de HHS) qui, de droit, est chargée de la surveillance et de la réglementation. L'APA et l'OCR ont choisi de ne rien faire. Cela incite d'autant plus chacun d'entre nous à demander que le gouvernement des États-Unis ratifie le CRPD. La perte des droits de l'homme de l'un d'entre nous par la publicité frauduleuse, les dissimulations et la perpétuation de mythes dangereux constitue la perte des droits de l'homme de nous tous.


En tant que citoyenne américaine, je suis embarrassée et consternée, car ce pays discute s'il faut ratifier ou non le CRPD, mais il veut ajouter ce qu'on appelle les «RUD», les réserves, les interprétations et les déclarations créées par l'administration fédérale actuelle et le Comité des relations publiques étrangères du Sénat. Selon Minkowitz, il s'agit notamment de prétendre que le droit des États-Unis remplit ou dépasse déjà les obligations que notre pays aurait au titre du traité CRPD. Les plaintes décrites ci-dessus, que nous avons déposées - et le rejet de ces plaintes par le Bureau des droits civils du ministère de la Santé et des Services sociaux des États-Unis dément cette affirmation, puisqu'il n'y a simplement aucune réglementation gouvernementale du diagnostic psychiatrique et que le diagnostic est le sine qua non de l'hospitalisation forcée et du traitement forcé.



Campagne de soutien à l'interdiction absolue de l'hospitalisation et du traitement forcé.
L'article a été posté originellement sur le site: http://www.paulajcaplan.net/ 

et sur le blog Mad in America.
http://www.madinamerica.com/2016/03/myths-are-used-to-justify-depriving-people-diagnosed-as-mentally-ill-of-their-human-rights/

Paula J. Caplan, PhD, est psychologue clinicien et de recherche, activiste, Associée à l'Institut DuBois, Université de Harvard et auteur de 11 livres, dont un qui a remporté trois prix nationaux pour la non-fiction et deux sur le diagnostic psychiatrique. Ses livres incluent: "They Say You’re Crazy: How the World’s Most Powerful Psychiatrists Decide Who’s Normal" et "The edited Bias in Psychiatric Diagnosis."

1 commentaire:

  1. Le système d'attribution de la psychiatrie est une entreprise de déformation du fonctionnement cognitif profondément liée aux fondement de la culture occidentale. Elle s'inscrit dans un paradigme scientiste à défaut d'avoir une validité scientifique. Par ses approches et ses diagnostics du vivant, elle opère dans une imposture poussiéreuse aux effets dévastateurs sur l'écologie de l'être humain en tant que vivant. Pour faire croire au monde non averti, elle se présente comme une branche des sciences médicales. Par ses mécanismes d'intervention, elle prétend agir sur le fonctionnement cognitif en inventant un arsenal de "concept" systématisés et entretenus comme des dogmes. Toutes ses tentatives dirigées vers la structure cognitive complexe, l'intelligence en tant que qualité dynamique, ne sont des effractions violentes soutenues par les institutions surtout la soi-disant justice.
    Elle est une branche délinquante des sciences médicales. Les psychiatres du bon sens le savent. Ils savent qu'il savent que la psychiatrie est elle-même un problème et non une solution. Son maintien dans la sphère des sciences médicales en dépit de ses dégâts monstrueux est tout simplement pour servir un ordre normatif, un système de contraintes violentes. Sa délégitimation est déjà en cours. Ce sont des témoignages incalculables des survivants sur des horreurs psychiatriques surtout en France. Il y a des morts, des morts mauvaises parce qu'elles sont programmées et provoquées par la psychiatrie elle-même. La psychiatrie médicamenteuse. A qui profite le crime ? Nous le savons parce que nous avons compris comment fonctionne la psychiatrie. Elle est un instrument redoutable au service du mal et des acteurs engagés dans la perfection de l'ignoble.

    https://absoluteprohibition.org/…/mhamed-el-yagoubi-campag…/

    RépondreSupprimer