mercredi 19 novembre 2014

Réflexions: La folie est une relation d'incommunication

Qu'est-ce que la folie ?
La folie est une relation d'incommunication.


(Masque de tranquillisation des patients, inventé par Herr Doktor Johann Authenrieth, 1772-1835)

Il y a le refus d'écouter, le refus de s'exprimer, et l'incompétence à dialoguer.

Quand on ne communique pas, alors il y a conflit, et violence. Le conflit évolue vers la destruction du parti le plus faible ou bien vers la domination d'un parti sur l'autre parti.


On pourrait voir la folie comme une relation entre un parti dominant et la personne qui est soumise à la manière d'un abus.

La relation est de nature sado-masochiste. C'est un rapport d'esclavage qui peut faire l'objet d'un contrat. Cet ethos peut être un standard culturel dans les rapports parents-enfant, époux-épouse et citoyen-pouvoir. Elle peut s'entretenir à vie.

Quand il faut vendre une relation abusive ou sado-masochiste culturellement choquante à l'extérieur de la relation, alors il devient nécessaire d'utiliser des prétextes, des artifices, des mystifications. Une de ces mystifications a pour nom psychiatrie. La personne dominée abusivement fait l'objet d'une infériorisation et d'une stigmatisation sous la forme d"un diagnostic psychiatrique. L'abus est justifié alors par le prétexte "thérapeutique".

L'argument psychiatrique offre éventuellement pour la personne dominée des avantages, des prestations en nature, des allocations, ainsi que des instruments psycho-pharmacologiques d'entretien de l'attitude de soumission.

Le parti dominant n'est pas forcément une personne humaine, elle peut être une famille, une communauté ou bien une société toute entière ou encore son représentant: psychiatre ou juge, institution.


Le baillon n'est pas seulement physique

Les instruments utilisés pour empêcher l'expression sont nombreux. Le baillon facial inventé par Johann Authenrieth est un abus bien visible.

Le diagnostic psychiatrique réalise un baillon plus subtil: parce que la personne est stigmatisée par la psychiatrie, alors tout ce qu'elle peut vouloir exprimer est rejeté par tous comme une simple expression de sa "pathologie". C'est le refus d'écouter.

Le baillon est aussi dans l'auto-dépréciation de la victime. Celle-ci peut se dire: "Je suis folle, ma tête ne fonctionne pas bien, mes pensées et mon ressenti sont sans valeur. A quoi bon me rebeller puisque je suis incapable d'autonomie ? Et puis j'ai peur. Je vais plutôt répéter le répertoire de la maladie puisque mon rôle de malade est davantage valorisant socialement."

Enfin la mystification se protège elle-même en baillonnant ceux qui ne la servent pas, par le déni du droit à la critiquer, ou par le déni de la compétence de ceux-ci à prétendre la critiquer. 


Comment soigne-t-on la folie ? 

En modifiant la perception culturelle du rapport abusif de domination/soumission.
En dénonçant les pratiques de mystification et d'endoctrinement du parti dominant.
En enseignant à chacun comment se libérer des mystifications et résister aux méthodes d'endoctrinement.
En réduisant les pouvoirs et l'impunité du parti dominant en position d'abus. 
En changeant les termes du contrat de soumission abusive.
En offrant des perspectives positives à l'affranchissement des personnes abusées dans une soumission.
En enseignant à dialoguer de façon compétente, c'est à dire patiente, respectueuse, non menaçante, authentique, réelle, sincère, à deux sens.
En offrant des opportunités et des espaces de sécurité mutuelle pour restaurer le dialogue et le respect mutuel entre les différents partis.


Et concrètement ?

Dénonciation des abus, des impostures pseudoscientifiques de la psychiatrie.
Lois de respect des droits des patients. Prise de pouvoir du patient.
Aides sociales, aides juridiques, opportunités professionnelles indépendantes de la psychiatrie.
Séparer état et psychiatrie. Séparer médecine et psychiatrie.
En matière psychothérapeutique, les approches par le dialogue offrent des perspectives intéressantes.
Enseigner le discernement, le respect de soi-même, la non-discrimination, le respect d'autrui, et le dialogue. 




Notes:
Open Dialogue est une approche nouvelle de problèmes psychiatriques considérés comme incurables.
Open Dialogue UK


Un article de l'Institut des Sciences de la Communication:
http://www.iscc.cnrs.fr/spip.php?article1813

L'art du désaccord, les 6 niveaux de qualité d'un argument d'après Paul Graham:
de l'insulte, l'attaque ad hominem, jusqu'à la réfutation complète:
http://idoric.free.fr/dotclear/index.php/post/2009/06/07/L-art-du-desaccord

La communication non-violente ou CNV offre des approches utiles:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Communication_non-violente_%28Rosenberg%29

(CNV, image wikipedia)


Une histoire de sado-masochisme

Relisez l'histoire de la psychiatrie: contentions, tortures, hydrothérapies, baillons, enemas, purges violentes, humiliations, domination morale, reconditionnements, chasteté et dispositifs anti-masturbation, traitements de l'hystérie, hypnose, infantilisation, lit forcé, punitions et menaces, chocs et drogues de soumission. Allez voir sur internet: une bonne partie de ce répertoire est proposé aux clients des professionnelles de la domination fétichiste sado-maso. L'histoire des pratiques psychiatriques est un répertoire du sado-masochisme.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire