dimanche 12 octobre 2014

Le droit de dire non à la psychiatrie

Dans une société de liberté de religion, on a le droit de ne pas croire, de se dire non-croyant, athée, ou libre-penseur. De même, il est accepté de renoncer à sa religion, de faire choix d'apostasie, et même de demander à une église que vous n'avez pas choisie de vous exclure de ses prières, et de ne pas se soucier du salut de votre âme.

Quelques que soient vos choix en matière de religion, il vous paraitra tout à fait légitime de considérer que vos questions existentielles et spirituelles relèvent de ceux-ci et non pas de la psychiatrie.

Pourtant, en France, il ne vous est pas licite de choisir par avance de renoncer à toute prise en charge psychiatrique de vos éventuelles difficultés existentielles, et autres conditions de l'esprit. Ainsi, des directives anticipées formulées expressément en ce sens n'auraient pas valeur de contrainte, ni ne prévaudraient a priori sur des décisions de soins psychiatriques sans consentement.

Je considère cette situation comme une entorse aux droits de la personne, et je la dénonce comme résultant d'une confusion abusive entre médecine et psychiatrie. C'est pourquoi je propose d'instituer le droit de dire non, le droit à l'a-psychiatrie.

Parce que la psychiatrie est contestable philosophiquement, qu'elle est de nature théorique, et que son objet est insaisissable, la psychiatrie relève de l'idéologie. Parce que les thèses psychiatriques ne font pas l'unanimité, leur mise en application représente un acte de foi qui relève de la croyance. Pour ces raisons, le recours aux services de la psychiatrie doit relever d'un choix personnel.



Je ne crois pas à la psychiatrie.
Je refuse les "soins" psychiatriques.
Je refuse la prise en charge psychiatrique de mes difficultés existentielles.




Notes:
Doc de Peter Lehmann sur le concept de testament psychiatrique:
http://www.peter-lehmann-publishing.com/articles/lehmann/pdf/pt-fr.pdf

Les directives anticipées en France:
http://www.sante.gouv.fr/IMG/pdf/les_directives_anticipees.pdf

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire