jeudi 11 septembre 2014

Le caractère sacré de la personnalité d'un être humain est un droit de l'homme

Karl Marx comparait la religion à "l'opium du peuple". Mais l'opium du peuple est devenu sa religion, qu'on a rendue obligatoire.


Je souhaite promouvoir la notion que la personnalité humaine est sacrée.

Ainsi tout effort entrepris pour altérer la personnalité d'un être humain serait considérée comme une atteinte aux droits de l'homme.

C'est ainsi que tout effort d'endoctrinement serait assimilé à une violation des droits de la personne.

De même il deviendrait illégitime de considérer la personnalité humaine comme un objet médical.

De même toute prétention à "soigner" la personnalité humaine, serait considérée comme illégitime.

Le même concept s'appliquerait aux enfants.

L'argument à faire valoir c'est que tout effort tendant à altérer la personnalité humaine, est, par nature, abusif et destructeur.

La personnalité humaine n'est pas un objet médical, mais elle est un objet philosophique.

Première conséquence d'une telle notion: délégitimisation de toute espèce de coercion psychiatrique.



Notes:
La Déclaration sur la Convention des Nations-Unies relative aux droits des personnes handicapées, 2011, implémente ceci, en désignant la personnalité humaine par la notion d''intégrité mentale de la personne.

"Article 17 Protection de l’intégrité de la personne
Toute personne handicapée a droit au respect de son intégrité physique et mentale sur la base de l’égalité avec les autres.
S'agissant du traitement d'un trouble mental, voir par exemple les dispositions des articles 7 et 26 de la Convention sur les droits de l'homme et la biomédecine
Article 7 Protection des personnes souffrant d'un trouble mental
La personne qui souffre d'un trouble mental grave ne peut être soumise, sans son consentement, à une intervention ayant pour objet de traiter ce trouble que lorsque l'absence d'un tel traitement risque d'être gravement préjudiciable à sa santé et sous réserve des conditions de protection prévues par la loi comprenant des procédures de surveillance et de contrôle ainsi que des voies de recours.
Article 26 Restrictions à l'exercice des droits
1 L'exercice des droits et les dispositions de protection contenus dans la présente Convention ne peuvent faire l'objet d'autres restrictions que celles qui, prévues par la loi, constituent des mesures nécessaires, dans une société démocratique, à la sûreté publique, à la prévention des infractions pénales, à la protection de la santé publique ou à la protection des droits et libertés d'autrui.
2 Les restrictions visées à l'alinéa précédent ne peuvent être appliquées aux articles 11, 13, 14, 16, 17, 19, 20 et 21."

Convention des Nations-Unies relative aux droits des personnes handicapées, 2011.
http://www.un.org/french/disabilities/default.asp?id=1413

Confirmé par le Comité de Bioethique du Conseil de l'Europe, 2011.
 http://www.coe.int/t/dg3/healthbioethic/Activities/08_Psychiatry_and_human_rights_en/INF%282011%2910%20statement%20UN%20Conv%20F.pdf

En France, le groupe "Les indignés de la psychiatrie" demande le respect par les termes et la lettre de la Convention onusienne relative aux droits des personnes handicapées (CDPH).
https://www.facebook.com/groups/OccupyFrenchPsychiatry/

Un article d'André Bitton du CRPA, sur Mediapart, mars 2014:
http://blogs.mediapart.fr/edition/contes-de-la-folie-ordinaire/article/030214/psychiatrie-les-droits-de-lhomme-rappeles-au-legislateur

La ligue des droits de l'homme en Belgique tente de s'interroger:
http://www.liguedh.be/les-commissions-thematiques-de-la-ligue-des-droits-de-lhomme/115-psychiatrie

Les documents du CHRUSP:
http://www.chrusp.org/home/flyers

La déclaration universelle des droits de l'homme des Nations Unies évoque le droit au développement libre et complet de la personnalité de chacun dans les articles 22 et 29.1:
Article 22.
"Everyone, as a member of society, has the right to social security and is entitled to realization, through national effort and international co-operation and in accordance with the organization and resources of each State, of the economic, social and cultural rights indispensable for his dignity and the free development of his personality."
Article 29.
    "(1) Everyone has duties to the community in which alone the free and full development of his personality is possible."



@Jules Malleus 2014  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire